Imprimer

Des aspects de la culture en Irlande

1. Introduction

L'environnement vierge de cette île de l'ouest a contribué, il y a longtemps, à tailler une race de gens qui chérissent non seulement la liberté mais aussi l'indépendance. Leur culture est originaire surtout des différentes sources ethniques - celtiques (gaélique), vikings, normandes, anglaises, irlandaises, irlandais-anglicisées et des mélanges récents provenant du monde entier. L’influence anglo-américaine détermine une grande partie de la vie irlandaise aujourd'hui, avec une influence celtique qui survit dans des domaines où elle ne rencontre pas de conflit.

La culture peut signifier des choses différentes. Il n'existe pas de distinctions culturelles d'aucune sorte entre les classes sociales ou les régions différentes. Nulle part est situé à bien plus de cinquante miles de la mer. Les régions continuent à garder leurs propres accents qui remontent aux temps pré-normands. Les départements actuels de l'Irlande sont les divisions normandes. Les anciennes divisions gaéliques liées aux anciens royaumes sont reconnues dans certains lieux.

La culture évolue. Ses caractéristiques reflètent la vie sociale et économique. Il n'y a pas de mémoire génétique dans l’être humain. Un mode de vie qui est resté intact pendant des siècles peut se perdre en une génération. Contre-mesures d’une telle instabilité sont la tradition et une certaine nostalgie.

Les visiteurs irlando-américains parfois attendent de voir un pays agricole, où les gens parlent l'anglais avec un accent chantant. Certes, les Irlandais d’origine celtique parlent l’anglais avec un accent chantant (même si celui-ci est atténué par la télévision internationale). Cependant, l'économie est maintenant complètement industrialisée.

2. Une leçon de SM la reine du Royaume-Uni et du président américain Obama

Lors de sa visite ici en mai 2011, Sa Majesté la reine Elizabeth II a montré son appréciation et ses connaissances en ce qui concerne l'histoire et la culture irlandaises. Elle a commencé son magnifique discours au Château de Dublin, avec ces paroles: «A Uachtaráin agus a Chairde ... (Président et amis ...)», avec une prononciation et inflexion impeccables. Quelques moments de la visite royale se trouvent dans une vidéo à l'adresse suivante: cliquez ici

Chaque acte et chaque mot de Sa Majesté étaient sincères et émouvants. Sa visite occupera une place ineffaçable dans le cœur de tous les gens qui ont une ascendance irlandaise. Seul un monarque dans sa ligne de filiation, aurait pu remporter une pareille affection de longue durée et respect. Elle nous a invités à être amis avec ses sujets, fiers de notre culture et de notre langue. C'est à nous de répondre chaleureusement au message de sa visite, aussi gracieusement qu’il a été présenté.

Quelques jours après le départ de Sa Majesté, Obama, président des États-Unis , s'est adressé aux jeunes gens à College Green. Il a également rappelé au monde, dans son style élégant, que les Irlandais possèdent une culture distincte et un attachement persévérant par rapport à leur langue historique. Il a également rappeler au monde, avec son style élégant, que le peuple irlandais a une culture particulière et un fervent attachement à sa langue historique. Il nous a encouragé dans notre vision de notre situation économique difficile en disant : "Is féidir linn!" (Oui, nous pouvons!) ", ses paroles ont été suivies par des applaudissements frénétiques. En effet, c’est en chérissant nos racines et par l'identité qu’elles nous donnent que nous sommes capables de mieux faire face aux austérités à venir.

Ailleurs sur ce site, les informations sont fournies sur 5000 ans de culture celtique à travers le continent. Ces informations proviennent du folklore, de la linguistique et même de notre ADN. Il faut éduquer tous nos jeunes gens afin d'apprécier la grande identité qu'eux seuls peuvent posséder. Les Romains ont considéré l'éducation comme un indicateur avancé de ce qui est profondément à l'intérieur d’une personne et elle forme, donc, un caractère discipliné qui est capable d'apprendre.

3. La langue irlandaise

Les langues irlandaise, gaélique, écossaise et le mannoise sont des langues sœurs, elles sont étroitement liées. Le gallois, le cornique et le breton sont des langues cousines. Les Galates, en Anatolie (en Turquie), à qui Saint Paul a écrit ses lettres, parlaient une langue celtique. C’est égal pour le peuple polonais en Galicja et le peuple espagnol en Galice. Les langues celtiques sont indo-européennes. Tout de même, l'irlandais a quelques liens avec les langues l'hébreu, l'arabe, l'amazigh (berbère) et même Igbo (nigérienne).

L'Irlande, l'Écosse et l'Île de Man ont activement maintenu une langue littéraire standard, depuis plus d'un millier d'années. L’écrit d’Ogham a témoigné que l’irlandais existait autour de 400 après JC. Le développement linguistique est survenu comme suit : vieil irlandais C650-900 après JC, le Moyen-irlandais C900-1200, le début de l'irlandais moderne C1200-1600, la fin de l'irlandais moderne c1600-.

La plus ancienne littérature au nord des Alpes a été écrite en irlandais. Il a une tradition littéraire ininterrompue couvrant 14 siècles. Écrit en 597 après JC, l'Amra Choluim Cille (ou «vie de Saint Colm Cille»), est le plus ancien texte qui peut être daté avec certitude. Les premiers écrits irlandais sont des copies des Évangiles en latin. Parfois, les moines écrivirent des poèmes en irlandais, en marge de leurs manuscrits, qui peuvent être vu dans la bibliothèque de l'Université de Würzburg.

Au cours des années 1600 et 1700, l'irlandais a été la langue parlée en Irlande. En 1835, à cause de la colonisation, le nombre d'irlandophones a été réduit à quatre millions. Pendant la Grande Famine de fin des années 1840, l'anglicisation est devenue nécessaire pour la survie. En 1891, il y avait 680000 irlandophones.

Le recensement de 1991 - dans les sept zones officiellement désigné gaélique (Gaeltachtaí) – a montré qu’il y avait 56 469 irlandophones. La station de radio en langue irlandaise, Raidió na Gaeltachta, et la station de télévision, TG4, ont démontré, sous une excellente gestion, la valeur de ralliement autour de nos racines anciennes et uniques. Raidió na Life est la radio de langue irlandaise de Dublin. Le nombre de citadins, qui parlent irlandais, est en hausse. Dans un sondage réalisé par l'Institut de Linguistique de l'Irlande, en 1993, 9% des gens ont dit qu'ils avaient utilisé l’irlandais dans une conversation durant la semaine précédent le sondage.

Depuis l'indépendance de l'Angleterre, l'État irlandais a eu diverses politiques visant à promouvoir la langue. La loi sur les langues officielles en 2003, garantit le droit de communiquer avec l'État soit en irlandais soit en anglais. L’aspiration de ces politiques est plus honoré que l'accomplissement des rites. Cependant, la grande majorité des gens ordinaires attache de l’importance à l’irlandais comme première langue nationale et comme une partie importante de notre patrimoine et de notre identité.

Le recensement de la population de 2002 a montré que 43% affirme une connaissance de l'irlandais, mais seulement 2,6% le parle quotidiennement. Il est à noter que parmi les enfants âgés de 3-4 ans, le pourcentage qui parle la langue irlandaise a augmenté tous les jours de 4,6% en 1996 à 5,4% en 2002.

4. Les noms d’enfants

Les.noms chrétiens ainsi que les noms de famille sont généralement importants. Normalement, les premiers font honneur aux grands-parents et aux autres ancêtres. Quant aux noms de famille, ils marquent la lignée, le clan et la zone habitée, à l'époque gaélique. Garder le nom de famille dans les fermes est donc extrêmement important pour les agriculteurs (mais pas pour les législateurs).

Dans ces moments, l’ascendance n'est, cependant, pas toujours établie. Des noms apparemment chrétiens peuvent même ne pas être chrétiens et peuvent ne pas présenter d'allégeance culturelle ou familiale du tout. Ils peuvent s'opposer à des noms de famille irlandaise. Les parents, en effet, peuvent savoir rien de la provenance de leur famille. Même le mot «famille» a maintenant une définition fluide.

Néanmoins, l'attribution d'un nom d'un enfant est toujours important. Lorsque les structures de la famille et de la famille élargie sont faibles, les liens entre les générations seront faibles et la culture communale souffrira. Nommer les enfants est maintenant souvent fondées sur les expériences personnelles des parents. Par exemple, regarder la télévision a remplacé l'interaction sociale humaine dans une certaine mesure. Les implications de pratiques qui, à l'avenir, peuvent constituer des aspects de l'identité nationale est un sujet de discussion.

5. Gaelic Athletic Association (GAA: An Cumann Luath-chleas Gael)

Le football gaélique et le hurling sont les piliers du sport amateur irlandais. Hurling est le jeu le plus habile de son type dans le monde. Il est joué avec un lancer ou un bâton. La petite balle dure peut aller à des vitesses de 200 km/h. Ce jeu remonte à des miliers d'années et est enregistré dans la légende. Il a été interdit par la loi dans les premières tentatives pour réprimer la culture gaélique. (Au plus haut niveau du comté, le hurling a été dominé au cours des dernières années par le comté de Kilkenny) Lors de l'hégémonie du comté, le hurling était la spécialité du comté de Kilkenny. La loi Brehon antique montre que le football était réglementé au moins depuis le 8e siècle. Les dames jouent également au football à une forme de hurling appelé camogie. Croke Park, est le plus grand stade GAA qui siège plus de 80.000 personnes.

En plus des jeux de football et de hurling, le GAA organise du handball et du base-ball. Comme l'organisation a la plus forte base communautaire dans le pays, il est également dédié à la promotion de tous les aspects de la culture irlandaise. Football et rugby sont aussi des sports très populaires ici, comme l’athlétisme, la boxe, les courses de chevaux, la pêche et le golf.

6. La foi et la philosophie

Les Celtes ont toujours eu des raisonnements logiques. Durant l'ère Moderne, d'anciennes racines philosophique pré-chrétiennes se sont greffées au catholicisme. Le catholicisme a alors trouvé une base solide. Nous avons adopté une Sainte Tradition, inchangée maintenant depuis 2000 ans. Une tradition dont le principe de l'amour inconditionnel pour autrui est le pilier ou la pierre angulaire. Cependant, l'Église institutionnelle a été coupable, en des termes financiers, d’une ‘réglementation légère ecclésiastique’ (c’est à dire, un certain départ de ses enseignements mêmes), et ceci a révèle la perte simultanée de notre courage et de notre culture gaélique. Cette dernière avait incarné la logique et robuste indépendance de la personne lambda. Dimanche le suivi de la Messe a chuté de plus de 60%, du moins pour le moment.

Un sens de l'égalitarisme a été incorporé dans la loi Brehon gaélique. Ceci peut être reflété dans le nombre élevé de citoyens irlandais qui aident les autres, à domicile et à l'étranger, qui sont en quelque sorte dans le besoin. Le concept de classe, en fonction du caractère plutôt que de la richesse, est traditionnel. Notre système politique, sans suffisamment de contrôles et équilibrés, n'est pas celui qui a été esquissé par les envahisseurs normands féodals, en 1172.

On dit souvent que les gens ont un ressentiment envers le Gouvernement. Cette position est défendable dans la mesure où ils ne perçoivent le système actuel uniquement comme un reste de la Colonisation...

Sans notre pare-feu culturel gaélique, nous avons rencontré des difficultés de la gouvernance spirituelle et temporelle. Aussi bien l’acculturation que, dernièrement, la déculturation se sont produites. Cette-dernière, apparemment un phénomène mondial, est un sujet de débat. De toute façon, nous-mêmes pourrions prendre la responsabilité pour nos institutions en tentant de les réparer. Effectuer les plaintes en lieu de la réforme, nous montrons une disposition aculturelle.

Les descendants des colons anglais ici sont pour la plupart de l’Église Protestante d’Irlande. Comme Anglicans, ils constituent un brin important de la société Irlandaise. Les relations entre eux et la population Catholique fournissent un gabarit montrant comment la coopération mutuelle et le respect peuvent profiter de traditions différentes.

La population presbytérienne d’Irlande du Nord, la plupart là, veut rester à part et demeurer britannique. Néanmoins, le révérend Ian Paisley pourrait dire que nous partageons une histoire vieille, avec plein de noms familiales presbytériennes étant gaélique, bien que d’une origine écossaise. D’un autre côté, il n’existe pas vraiment une définition simple de « britannique », étant lui-même un mot se rapportant aux celtes avant les Romains.

Les immigrants récents en Irlande sont des Catholiques, des Chrétiens Orthodoxes, des Protestants (qu’ils adhèrent aux traditions Chrétiennes ou lisent seulement la Bible), des Musulmans (Shia, Sunni, Alawi, Suffi etc.), Hindou, Bouddhiste, des athées et des agnostiques aussi. Les religions, en plus, doivent faire face aux nouveaux modes de pensée, comme le sécularisme, ce qui a (mais pas toujours) une base philosophique légère. Faisant des grandes décisions au sujet de la vie, sans l’autorité logique ou même sans s’en soucier, est un sujet de discussion.

7. L’économie

Kevin Gardner, un économiste britannique, formula l'expression « Le Tigre Celtique » en 1994, faisant ainsi une comparaison entre l’économie irlandaise et le Tigre Asiatique ( c'est-à-dire, l'économie Asiatique). L’on utilise cette métaphore largement et en Irlande et à l’étranger. Le métier d’une personne, bien sûr, a un effet sur la culture et la conception générale.

À la fin des années quatre-vingts, jusqu'à environ 2003, la main d’œuvre irlandaise était comme une centrale compétente, compétitive et économique. Mais ceux qui avaient un certain poids sur la vie publique ne connaissaient pas les disciplines du commerce. Ils ont surveillé un boom dans le secteur de la construction, à partir de 2002, ce qui demandait des courants énormes de capital bon marché, empruntés aux banques européennes ‘légèrement regulées’. Le PNB augmenta de 6% de 1995 à 2007, lorsque les prix des propriétés augmentèrent plus rapidement en Irlande que n’importe quel pays développé.

L’Irlande a un haut pourcentage de propriétaires qui habitent dans leurs propres maisons. Les Irlandais eurent toujours leur propre terrain dans les temps gaéliques, et ce fut une valeur sûre. Cependant la planification spatiale défectueuse causa les problèmes sociaux, économiques et architecturaux irréparables.

En 2008, après le krach inévitable, le gouvernement garantît tous les dépôts des banques (avant de connaître le poids de la dette). À la fin de 2010, un emprunt du renflouage de 112 milliards de dollars fut accepté grâce à l’UE et au FMI, avec des taux d’intérêt pénaux, pour que ce soit profitable aux créditeurs de l'UE. Puisque ces dettes avaient été données aux contribuables, on avait besoin de l’argent pour éviter un manquement au remboursement de la dette souveraine. Un plan d’austérité de quatre ans fut adopté pour couper le déficit budgétaire de 20 milliards d’Euros. Ce problème de la dette domestique (essentiellement les emprunts personnels) reste encore loin d’être réconnu.

À la fin de la dernière décennie, l’agriculture représentait 2.5% approximativement des revenus nationaux. L’industrie (y compris la construction) contribua à près de 34% et les autres services (y compris le loyer), à près de 45%. L’agriculture, la sylviculture et la pêche représentait environ 120,000 emplois. L’industrie de transformation, quant à elle comptait 280,000 emplois (bien plus que les emplois de la construction).

Ces secteurs composèrent essentiellement la base stable et productive de la main d’œuvre, excédent 2, 000,000 d'hommes. Pendant les années 90, l’ainsi nommé « Tigre Celtique » jouissait des surplus commerciaux annuels, de taux d’inflations bas et d'augmentations en dépenses de consommateurs. Le chômage alors de 12% en 1995 a augmenté de 14% au moment de cette rédaction.

Le secteur d’export, dominé par les compagnies multinationales, est encore, un grand composant de la croissance nouvelle économique et le pays jouit encore du commerce en surplus.

Les reportages ont montré, cependant, que les niveaux éducatifs sont tombés drastiquement. La disponibilité de miliers d'emploi qui ne sont pas occupés pour l'heure, avec la volonté de travailleurs qualifiés, est critiquée par le système d'éducation et est aussi sujet à débat.

8. Craic (l’amusement social)

La décontraction naturelle de la culture irlandaise facilite une interaction facile entre les gens. Cette faculté unique peut être remarquée dans le fait qu’il n’avait jamais existé des mots spéciaux dans la langue irlandaise pour le mot « tu » (par exemple, les mots ‘tu’ et ‘vous’ en Français). L’Anglais a déjà perdu cette aspect en grande partie, sauf dans le dialecte. Des gens qui ne se connaissent pas entre eux, même entre communautés urbains ou rurales, pourraient se saluer. Montrer ouvertement l’affection qu'on porte vers ses semblables en public a été considéré comme une pratique continentale. La bonne humeur, la sagacité littéraire, et de plus, être maître en terme d'esprit et de repartie, est très important. Se livrer à l’humour noir est une épreuve d’agilité mentale depuis les temps gaéliques.

9. Les Arts

Les artistes et les exécutants sont spécialement des membres de la société très appréciés. La musique, l’acting, le chant, la danse, la composition et l’écriture sont des occupations admirées. Quelques uns de nos artistes dans les domaines d’art nord-americain et international incluent U2, Westlife (la musique pop), Van Morrison, Rory Gallagher et Phil Lynnott (le rock), Daniel O’Donnell (la musique country) et James Galway (la musique classique). Les Chefs et le Clannad ont popularisé la musique irlandaise traditionnelle. Le Riverdance avec Michael Flatley et des autres, montre une reconnaissance internationale. Avec les films, les directeurs Neil Jordan et Jim Sheridan ont avancé la renommée internationale de l’industrie irlandaise. Les acteurs excellents incluent Pierce Brosnan, Brendan Gleeson, Liam Neeson et Stephen Rea.

Dans plusieurs pays, les arts traditionnels sont relégués ou seront utilisés seulement pour fournir une atmosphère pittoresque. En Irlande, spécialement avec l'augmentation de la confiance notamment grâce au développement économique, les arts ont prospéré.

La renaissance littéraire de la fin du dix-neuvième siècle intégra les vieilles traditions de la littérature irlandaise avec l'écriture de la nouvelle en Anglais, ce qui allait être connu comme la littérature Anglo-irlandaise. Quelques uns des meilleurs auteurs en langue Anglaise, pendant le dernier siècle, furent irlandais : par exemple W.B. Yeats, George Bernard Shaw, James Joyce, Samuel Beckett, Frank O’Connor, Seán O’Casey, Flann O’Brien et Seamus Heaney.

10. Points de repère

  1. Clancy, Patrick, Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, and Liam O'Dowd, eds. Irish Society: Sociological Perspectives , 1995.
  2. Curtin, Chris, Hastings Donnan, and Thomas M. Wilson, eds. Irish Urban Cultures , 1993
  3. CIA World Fact Book
  4. Finfacts – Ireland’s Business and Finance Portal
  5. Government of Ireland, Central Statistics Office, Principal Statistics.
  6. Government of Ireland, Department of Foreign Affairs. Facts about Ireland
  7. Embassy of Ireland, Singapore
FaLang translation system by Faboba